Entete-vue-ste-marguerite-1800x350
Ecusson

Actualités

Tourisme

Activités, loisirs, séjours au Pays des Ecrins

Videoecrins

De part et d’autre de la Durance, aux portes de Briançon, Saint-Martin-de-Queyrières est la commune la plus étendue du Pays des Écrins qui s'étend en une succession de 8 villages pittoresques (Sainte-Marguerite, Queyrières, Saint-Martin-de-Queyrières, Le Villaret, Sachas, Prelles, Bouchier, Villard-Meyer) qui disposent d'un patrimoine riche et varié .

Plusieurs possibilités d'hébergements de qualités s'offrent à vous pour votre séjour. Diverses activités sont également proposées sur la commune.

La commune s'étage de 1200 m à 2920 m d'altitude et abrite 1093 habitants appelés les Saint-Martinou.

Elle est située dans le Briançonnais historique en amont du Pertuis-Rostan, ancienne frontière avec l'Argentièrois et l'Embrunais.Saint-Martin-de-Queyrières et en particulier le village de Prelles était une étape sur une des routes du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle (celle venant de Turin).

Cela se traduit par un foisonnement de chapelles, calvaires et oratoires jusque dans les vallons les plus reculés de la commune et vers les plus hauts alpages, aux "Oriols" de Queyrières et de Sainte-Marguerite ou dans les hameaux perchés dans le massif des Tenailles du Montbrison dont "Bouchier" de construction très ancienne puisque fondé le long de la voie romaine Cottia per Alpem.

Le beau plan de fond de vallée offrait autrefois à Saint-Martin une magnifique plaine agricole alors que les coteaux de la rive droite étaient dévolus à la vigne. L'ancien site viticole des Vignettes a été récemment remis en valeur et se visite et La Balmette comporte une grotte autrefois aménagée pour un pressoir et le logement temporaire des vignerons.

L'agriculture a beaucoup régressé et même disparu en 1998, mais de nombreuses traces de canaux dans la vallée ou sur les replats des versants rappellent que chaque lopin de terre était autrefois cultivé. 

Les chalets d'alpage situés à Ratière, La Roche Baron, l'Hermetière, le Clot de la Rama, le Pas du Rif, les Oriols … disent combien la terre était précieuse et combien d'efforts on devait fournir pour économiser celle du fond de la vallée.

Au cours du XIXème siècle, les paysans se muaient en mineurs l'hiver pour pallier la pénurie de bois et allaient extraire un charbon de mauvaise qualité dans les anciennes mines paysannes assez importantes sur le territoire de la commune ; il n'en reste que peu de traces.
Le barrage de Prelles sur la Durance, construit au début du XXème siècle, alimente par conduite forcée la centrale électrique de L'Argentière – La Bessée Il a aussi permis l'électrification du moulin de Saint-Sébastien. Celui-ci fut construit par l'ingénieur Planche qui réussit à convaincre les habitants de délaisser leur vieux moulin hydraulique dans la plaine au profit d'un moulin aux machineries alimentées à l'électricité, quasiment conservé en l'état.

Les randonneurs pourront profiter pleinement de ce vaste territoire et les grimpeurs apprécieront les sites de Roche Baron ou des Vignettes. L’observatoire astronomique de Bouchier quant à lui offre une activité originale.




Actualités